Journée d'étude « Pour Gilles Marcotte : exercices de lecture »

Journée d'étude
Université de Montréal

Le CRILCQ-Université de Montréal, en collaboration avec le Département des littératures de langue française de l'Université de Montréal, vous invite à la journée d'étude « Pour Gilles Marcotte : exercices de lecture ».

Cette rencontre, organisée pour souligner la mémoire et l'oeuvre de ce penseur remarquable, se tiendra le jeudi 28 avril 2016, dès 10 h, au CRILCQ de l'Université de Montréal (salle C-8141 du Pavillon Lionel-Groulx).

gilles marcotte

Né à Sherbrooke en 1925, Gilles Marcotte a fait ses études à l’Université de Montréal et à l’Université Laval. Il a été journaliste au Devoir de 1948 à 1955 puis à La Presse (1961-66), réalisateur à Radio-Canada (1955-57), scénariste à l’ONF (1957-61), puis professeur au Département d’études françaises de l’Université de Montréal de 1966 à 1995. Il a été nommé professeur émérite en 1997. Il a collaboré à de nombreuses revues culturelles québécoises (à Liberté, notamment, où il a tenu la chronique « L’amateur de musique » pendant de nombreuses années). Il a également été chroniqueur littéraire à L’Actualité, ce qui témoignait de son désir de toucher un vaste lectorat et de faire le pont entre la recherche universitaire et le grand public. 

Parmi ses œuvres les plus marquantes, s’imposent Une littérature qui se fait (Prix du Gouverneur général, 1962), Le roman à l’imparfait (1976), L’anthologie de la littérature québécoise en 4 volumes (1978-80). Il a également été l’un des maîtres d’œuvre du projet de recherche « Montréal imaginaire » qui a donné lieu, entre autres publications, à la parution de Montréal imaginaire, ville et littérature en 1992 (sous la direction de G. Marcotte et P. Nepveu). Les travaux de Gilles Marcotte ont permis de mettre en valeur le patrimoine littéraire et culturel du Québec, mais également d’en offrir une lecture exigeante, soutenue par un esprit et un regard critiques qui ne donnaient jamais dans la complaisance.

Gilles Marcotte est membre honoraire du CRILCQ en reconnaissance de sa contribution significative à la programmation scientifique du Centre.  

Programme

  • 10 h : Accueil du public et des participants
  • 10 h 30 : Mot du secrétaire de la Faculté des arts et des sciences, Francis Gingras
  • 10 h 45 : Mots de Benoît Melançon, directeur du Département des littératures de langue française et de Martine-Emmanuelle Lapointe, directrice du CRILCQ

I. 11 h-12 h Présidente de séance : Élisabeth Nardout-Lafarge

  • Pierre Nepveu : « La voix du maître »
  • Pierre Popovic : « M. Marcotte, Gilles, la sociocritique, l’École de Montréal, le Crist, et pour suivre… »
  • Michel Biron : « La très humble réalité de l’écriture »

12 h-14 h : Dîner

II. 14 h-15 h Président de séance : Jean-François Chassay

  • Benoît Melançon : « Gilles Marcotte va aux vues »
  • Micheline Cambron : « Gilles Marcotte, Montréaliste »

III. 15 h 15-16 h 15 Présidente de séance : Marie-Pascale Huglo

  • Alex Gagnon : « Les faces cachées de la “littérature nationale” »
  • Rachel Nadon : « L’essayiste et le pygargue roux. À partir de trois phrases de Gilles Marcotte »

16 h 15-16 h 30 Pause

IV. 16 h 30-17 h 30 « La chaude maison du langage »

Montage d’archives du Centre Gaston-Miron présenté par Chloé Savoie-Bernard

  • 17 h 30 Mot de clôture de Patrice Marcotte
  • 17 h 45 Vin d’honneur

Publié le 14 avril 2016 par Hélène Hotton

isle-planoconvex