Appel de textes – Revue @nalyses, ​« Portraits de la relève dans les littératures francophones du Canada : essai de définition et enjeux »

Appel de textes
Communauté

Revue @nalyses, ​dossier « Portraits de la relève dans les littératures francophones du Canada : essai de définition et enjeux »

Présentation

De quoi parle-ton exactement lorsque lʼon évoque « la relève » dans les littératures francophones du Canada ? Les chercheurs sʼentendent souvent pour dire que la relève dans les littératures acadienne, franco-ontarienne et de l’Ouest francophone est fragile, voire inexistante. Dans leur ouvrage La littérature franco-ontarienne depuis 1996. Nouveaux enjeux esthétiques (2016), Lucie Hotte et François Ouellet arrivent au constat quʼil nʼexiste pas de relève en Ontario français.

Les conclusions de Benoit Doyon Gosselin (2015) sont sensiblement les mêmes en ce qui concerne lʼOuest, dont les maisons d’édition ne recevraient tout simplement pas de manuscrits de jeunes auteurs (61). Pour sa part, Raoul Boudreau reprend lʼargument de lʼabsence de relève en littérature acadienne pour plutôt affirmer que le contexte actuel a peu à voir avec celui des années 1970, ce qui complique la tâche d’exprimer une voix spécifique (en ligne). Et quʼen est-il de la littérature autochtone ?

Lʼémergence récente de nouvelles voix fortes (Marie-Andrée Gill, Joséphine Bacon, Naomi Fontaine et Natasha Kanapé Fontaine) peut-elle être apparentée à une certaine forme de relève ? Enfin, la relève littéraire québécoise semble en grande partie liée à lʼémergence de plusieurs maisons dʼédition (plus dʼune trentaine) depuis 2000.

En « mode réactif », celles-ci ont à cœur de publier des titres audacieux qui innovent ; il nʼest donc pas étonnant que lʼune de leurs motivations soit de « publier des écrivains encore non dévoilé et favoriser la relève » (Caron, 2013, 13). Mais quels sont les traits de cette relève et qui en seraient les principaux représentants ?

Considérant le flou terminologique entourant la notion de relève et la rareté des études fouillées sur le sujet, ce dossier propose de poser les principales balises pour une définition de ce que sont les relèves au Canada francophone, mais aussi dʼaborder de front leurs enjeux dans toute leur complexité. 

Axes de recherche

En réfléchissant notamment à la manière dont nous classons les œuvres et à la division que la critique opère entre les générations dʼauteurs-es, le principal objectif de ce dossier sera de contribuer à inscrire la production de la relève dans lʼhistoire littéraire franco-canadienne récente. Les questions suivantes pourraient être abordées :

  • Quels éléments (objectifs ou subjectifs) déterminent qui est un écrivain de la relève ?
  • La relève a-t-elle des formes et des thématiques privilégiées ?
  • La relève se situe-t-elle dans la continuité ou est-elle plutôt en rupture avec ce qui lʼa précédée ?
  • Comment les questions dʼuniversalisme/particularisme et de conscience/oubli sʼarticulent-elles dans les œuvres de la relève ?
  • Y a-t-il des rapprochements entre les écrivains acadiens, franco-ontariens, franco-ouestiens, autochtones et québécois de la relève ?
  • La relève artistique se fait-elle par des avenues non littéraires ? Se retrouve-t-elle dans la pratique d’autres disciplines (chanson, arts visuels, arts médiatiques, danse, etc.) ou dans des pratiques interdisciplinaires?
  • Peut-on dégager une tendance générale dans la réception de la production de la relève ? Quelle place la relève occupe-t-elle dans le discours critique ? 

Responsables

Pénélope Cormier, Université de Moncton penelope.cormier@umoncton.ca

Isabelle Kirouac Massicotte, Université de Moncton isabelle.kirouac-massicotte@umoncton.ca

Propositions

  • Date limite pour l’envoi des propositions (250-300 mots) et d'une courte notice biobibliographique (100-150 mots) :  15 août 2018
  • Sélection des participant.e.s : 31 août 2018
  • Date limite pour lʼenvoi des articles (18-25 pages) :  15 janvier 2019

Les articles doivent être rédigés en suivant le protocole de la revue @nalyses.

BIBLIOGRAPHIE

Raoul Boudreau, « Les poètes acadiens de la relève », Studies in Canadian Literature/Études en littérature canadienne, vol. 30, no 1, 2005, en ligne, https://journals.lib.unb.ca/index.php/scl/article/view/15279/16366.

Jean-François Caron, « Édition : un nouveau cycle », Lettres québécoises, no 150, été 2013, p. 12-15.

Benoit Doyon Gosselin, « À lʼOuest, rien de nouveau... mais un corpus bien vivant », Québec français, no 174, 2015, p. 61-62.

Lucie Hotte et François Ouellet (dir.), La littérature franco-ontarienne depuis 1996. Nouveaux enjeux esthétiques, Sudbury, Prise de parole, coll. « Agora », 2016.

Responsables

Pénélope Cormier et Isabelle Kirouac Massicotte

Publié le 5 juillet 2018 par Marie-Ève Fafard

isle-planoconvex