La culture artistique au Collège Manitou – site internet

La culture artistique au Collège Manitou

Chercheure principale

  • Édith-Anne Pageot (UQAM)

Collaborateur.e.s

  • Camille Callison
  • Peter McNally

Financement

  • CRSH- Développement Savoir, 2017-2022

La culture artistique au Collège Manitou : agentivité et stratégies d'autodétermination

Ce projet de recherche vise à cerner l’originalité et la spécificité de la culture artistique qui régnait au Collège Manitou/Manitou Community College ainsi que son impact dans le champ de l’art contemporain au Canada. Il s’agit de comprendre de quelles manières la culture artistique du Collège s’est avérée un agent de changement et d’autodétermination pour toute une génération de créateurs autochtones, tout en pavant une voie de coopération entre des intervenants issus des milieux artistiques autochtones et non autochtones, francophones et anglophones. L’état fragmentaire d’environnements de recherche propices à encourager les étudiants autochtones qui parlent français dans la poursuite d’études universitaires, tout comme le manque d’études en français portant sur le travail des créateurs autochtones, a été souligné par plusieurs chercheurs. Le présent projet de recherche, bilingue, comblera en partie ces lacunes criantes dans le contexte francophone.


Le Collège Manitou est créé dans la foulée des mouvements des contestations qui mènent à l’abandon des projets proposés par le Livre blanc sur la « politique indienne » (1969). Le Collège est la première institution bilingue d’études postsecondaires autochtones établie dans l’est du pays (La Macaza, Québec). Ses programmes d’enseignement sont axés sur l’émancipation politique et sociale. Les orientations des cours en art et des activités culturelles sont définies et structurées par la primauté accordée à la transmission des savoir-faire ancestraux et des langues autochtones. Malgré sa fermeture précoce en 1976, Manitou joue un rôle de pionnier dans la mise en oeuvre de stratégies de décolonisation des systèmes d’éducation au Québec et au Canada. Aujourd’hui, plusieurs anciens étudiants sont des modèles pour les plus jeunes. Bien que l’importance de son héritage dans le champ de l’art au Canada soit reconnue, et ce bien au-delà de ses années d’opération, il n’existe à ce jour aucune étude de fond portant sur l’impact de la culture artistique du Collège Manitou. Ce projet de recherche repose sur l’examen des informations de première main recueillies dans les fonds d’archives et à partir des entrevues qui seront menées auprès d’anciens étudiants, professeurs et administrateurs du Collège. Les entrevues face à face seront individuelles et semi-dirigées. Les participants aux entrevues seront considérés comme les « experts », le rôle du chercheur étant, dans ce cas, davantage fondé sur l’écoute active et attentive. L’analyse qualitative et quantitative de variables et de thèmes clés organisera le traitement des informations recueillies et la synthèse des résultats. Ces méthodes de collecte des données et d’analyse des résultats permettront aux étudiants impliqués dans ce projet d’apprendre à maîtriser les principaux outils de recherche en histoire de l’art. Les résultats de recherche seront rendus disponibles à différentes communautés de chercheurs par des publications et des participations à des colloques scientifiques et ils seront accessibles au grand public par le biais de plateformes de communication variées : le site web du projet, des conférences et des ateliers tenus, notamment, dans des lieux alternatifs et sans but lucratif. Les connaissances générées par ce projet de recherche seront transférables aux musées et aux organismes culturels afin de nourrir leurs programmes éducatifs et, ainsi, participer à une meilleure compréhension des enjeux culturels et sociétaux qui touchent la reconnaissance des créateurs autochtones au Canada.


Dans l’esprit des recommandations formulées par la Commission sur la vérité et la réconciliation au Canada (2015), ce projet créera une plateforme de discussions entre trois chercheurs provenant de disciplines et de milieux linguistiques et culturels différents : autochtone, francophone et anglophone. Ce contexte de travail, interdisciplinaire et interculturel, pourra contribuer aux efforts d’analyse historiographique et de décolonisation des méthodologies dans le but d’imaginer des manières alternatives, inclusives et respectueuses de pratiquer les histoires de l’art au Canada et de redéfinir les marqueurs qui en dessinent les contours. Cette collaboration espère enfin contribuer à nouer des relations de confiance et, ainsi, favoriser le développement de méthodes de coopération.

isle-planoconvex