Chercheur principal

  • René Audet (Université Laval)

Cochercheur

  • Nicolas Xanthos (chercheur associé, UQAC)

Financement

  • CRSH, 2012-2016

Agir, percevoir et narrer en déphasage : les personnages déconnectés comme indicateurs des enjeux contemporains de la narrativité

Du virage numérique aux incertitudes politiques, le monde occidental vit des mutations considérables qui transforment notre rapport avec notre environnement et nos manières de comprendre ce dernier. Témoins des transformations et y réagissant, les formes culturelles élaborent des représentations complexes de cette situation, infléchissant leurs ordres ou en créant d'autres mieux aptes à dire cette nouveauté qui nous affecte. Notre projet entend étudier la manière dont maintes œuvres littéraires françaises et québécoises de la dernière décennie, publiées sur support papier ou numérique, mettent en scène une modalité particulière de ce rapport incertain au monde qui est devenu le nôtre.

Nous entendons analyser des œuvres au cœur desquelles se trouvent des personnages dont le lien avec le réel est absent, faussé ou dévoyé : doués de faibles capacités d'interpréter leur propre univers ou ce qui leur arrive ; en position de patients plus que d'agents et n'imprimant aucun but véritable à leurs gestes ; nouant un rapport conflictuel au temps et à la mémoire ; coupés de leur milieu ou n'éprouvant plus les liens les unissant à autrui, en perte de familiarité. L'hypothèse centrale du projet est que, pour représenter ces personnages éloignés du paradigme narratif de l'homme d'action, les œuvres littéraires papier et numériques vont opter pour une narrativité profondément remaniée, à même de saisir et de donner forme à une expérience humaine désorientée, atteinte dans ses aptitudes de compréhension ou d'action.

Le projet revendique donc une double originalité. D'une part, saisir un bougé du récit, une ouverture à d'autres modalités d'organisation de la matière narrative que tout un courant inexploré de la littérature contemporaine s'emploie à opérer, en un geste dont la nécessité s'ancre à même une inquiétude du lien d'interprétation et d'action qui nous unit au monde. D'autre part, appréhender cette narrativité en transformation non pas comme un ensemble de paramètres formels, mais bien comme une manière de dire quelque chose de notre capacité à donner sens au monde et à nous y inscrire par l'agir, comme une forme symbolique qui émerge au sein de notre culture (contemporaine, numérique) et qui véhicule, sur notre rapport au monde, une pensée qui veut en souligner la part déficitaire.

Pour ce faire, nous proposons une triple lecture des œuvres, à même de pouvoir saisir les enjeux de la mise en scène concrète du personnage déconnecté, la nature des métamorphoses subies par le récit et la signification de ces métamorphoses en termes de rapport entre l'être et le monde. Cette triple lecture diégétique, poétique et philosophique, attentive aux multiples strates de représentation et de sens des textes, permettra de prendre la mesure de ces formes narratives redéfinies qui émergent actuellement et de ce qu'elles expriment de notre rapport au monde.

Le présent projet vise ainsi une contribution plurielle à l'avancement des connaissances. Tout d'abord, identifier une tendance méconnue des littératures contemporaines française et québécoise (qu'elles soient du champ traditionnel ou du champ numérique), les mutations narratives qu'elles produisent et investissent, la pensée qu'elles y développent sur notre lien à un monde qui, pour toutes sortes de raisons et de toutes sortes de façons, nous échappe. Ensuite, poursuivre notre travail entrepris en théorie du récit en ouvrant la narrativité à des variations, sinon à des paradigmes, qui n'ont pas encore trouvé une formulation structurée, à de très rares exceptions près. Enfin, saisir un moment et une modalité de notre culture comme élaboration de formes et de figures exprimant un certain désarroi, mais qui aussi témoignent d'une capacité de se penser toujours renouvelée.

isle-planoconvex