Chercheure principale

  • Mylène Bédard (Université Laval)

Source de financement

  • FRQSC, nouveaux chercheurs professeurs, 2016-2019

Devenir femmes journalistes dans les années 1930 : un nouveau cycle médiatique

Dans la foulée des récents travaux qui examinent les rapports entre presse et littérature, le projet de recherche proposé, « Devenir femmes journalistes dans les années 1930 : un nouveau cycle médiatique », pose l’hypothèse que les rapports entre la presse et la littérature se maintiennent dans les pratiques d’écriture et l’identité de femme journaliste des années 1930 jusqu’aux années 1970, mais qu’ils se déclinent différemment en raison des processus de spécialisation et de professionnalisation qui marquent à cette époque les champs littéraire et médiatique. À partir des constats de Christophe Charle et Chantal Savoie sur l’achèvement d’un cycle médiatique au cours de la décennie 1930, ce projet cherche à cerner l’émergence d’un nouveau cycle médiatique et à le caractériser en montrant comment se reconfigure le maillage entre la presse et la littérature dans les trajectoires et les pratiques discursives de Judith Jasmin, Germaine Bernier, Renaude Lapointe, Solange Chaput-Rolland, Germaine Bundock et Émilia Boivin-Allaire. L’analyse des interactions du littéraire et du médiatique à travers les mutations qu’entraîne la professionnalisation du journalisme contribuera à l’histoire littéraire des femmes et à celle de la presse au Québec, avec l’objectif de leur confluence. L’examen du cycle médiatique (1930-1970) dans une double perspective poétique et sociologique permettra d’éclairer la dimension littéraire de ces trajectoires féminines, d’évaluer comment le journal agit encore comme « laboratoire de la littérature » (Thérenty) et sera l’occasion d’une saisie inédite des tensions qui caractérisent cette période d’autonomisation des champs et des groupes professionnels. 

isle-planoconvex