Chercheure principale

  • Ginette Michaud (Université de Montréal)

Financement

  • CRSH, 2005-2008

Entre littérature et philosophie : Jacques Derrida et Hélène Cixous, rapports croisés

Depuis leur première rencontre survenue il y a quelque quarante ans, une amitié intellectuelle des plus singulières s'est nouée entre le philosophe Jacques Derrida et l'écrivain Hélène Cixous. Leur oeuvre de pensée ont, chacune à sa manière, en mobilisant des ressources, des modes de lecture, des dispositifs d'écriture différents, remis en question les limites traditionnelles entre la philosophie et la littérature, et accordé à l'autre une hospitalité, un accueil inconditionnels. Ces échanges ont pris plusieurs formes et, surtout, ils se sont constamment intensifiés et accélérés depuis le colloque « Lectures de la différence sexuelle » (Collège International de Philosophie, 1990), qui a donné le coup d'envoi à toute une série de lectures croisées. Ce projet de recherche se propose non seulement de dresser un inventaire de ces divers échanges, mais bien d'analyser les différentes modalités, les aspects multiples que prennent ces « rapports » textuels entre des oeuvres « se lisant » l'une l'autre, comme l'affirme Cixous. Si ces rapports ont été à l'occasion signalés de façon incidente par les critiques, aucun travail analytique d'envergure ne s'est encore attaché à lire ces entrecroisements. L'originalité de notre projet consiste à aborder et à traiter, pour la première fois de manière aussi cohérente et extensive, ces échanges en leur accordant toute leur portée. Tout en tenant compte des études pertinentes parues récemment (celles de Mireille Calle-Gruber et de René Major, par exemple), cette recherche se situe ainsi à la fine pointe des travaux les plus stimulants qui sont consacrés à l'heure actuelle à ces deux oeuvres.

isle-planoconvex