Chercheure principale

  • Lianne Moyes (Université de Montréal) 

Financement

  • CRSH, Petite subvention individuelle, 2008-2010

La signification du Mont-Royal au sein d’une géographie littéraire du Montréal yiddish

Ce projet traite des représentations du Mont-Royal dans l’écriture montréalaise en yiddish, avec une attention particulière mise sur la poésie de Jacob Isaac Segal. La littérature des immigrants yiddishophones est un élément crucial en vue d’une analyse de la signification littéraire et culturelle du Mont-Royal et sert aussi d’espace intertextuel à de nombreux autres écrivains tels A.M. Klein, Irving Layton, Yves Thériault, Mordecai Richler, Leonard Cohen, Régine Robin et Robert Majzels.

Ce projet est une extension de ma recherche sur la poésie anglophone de Klein, en particulier de ses représentations du Mont-Royal dans la collection The Rocking Chair (1948). C’est en lisant les textes de poètes yiddishophones qui ont influencé Klein durant les années 1930 et 1940 – tels que Noah-Isaac Gotlib, Moyshe-Leib Halpern, Rokhl Korn, Ida Maze, Jacob Isaac Segal et Sholem Shtern – que j’ai découvert un important corpus d’œuvres traduites, dont l’importance n’a pas encore été reconnue par les chercheurs et, surtout, qui dévoile une richesse culturelle et historique extrêmement pertinente. 

Segal, originaire d’Ukraine et arrivé à Montréal en 1911, est celui qui m’intéresse le plus; d’une part à cause de sa collaboration évidente avec Klein (ceux-ci s’échangeaient leurs écrits et en discutaient) et, d’autre part, parmi les poètes dont les œuvres portent sur Montréal et qui ont été traduites, Segal en offre le plus. Sa poésie témoigne de perspectives particulières du paysage urbain de Montréal, en particulier du Mont-Royal et des quartiers avoisinants, au sud et à l’est de la montagne – perspectives qui, selon moi, appellent à une analyse en profondeur.

Afin d’offrir une analyse détaillée du discours utilisé par Segal dans ses représentations de la montagne, ce projet se penche sur un large éventail de documents, tels que mémoires, autobiographies, critiques de livres, articles de journaux, cartes postales, guides de voyage et photographies, ainsi que sur des études issues de l’histoire sociale, des études culturelles et de la critique littéraire, tels que ceux dans le recueil Montréal : l’invention juive and Traduire le Montréal Yiddish.

isle-planoconvex